Première étude d’impact de la politique des licences nationales

Inspection générale des bibliothèques, I.G.B. Première étude d’impact de la politique des licences nationales, 2018. Source : http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid134378/premiere-etude-d-impact-de-la-politique-des-licences-nationales.html

Une double actualité conduit les acteurs de l’Information scientifique et technique à s’interroger sur la notion de « licence nationale ». En effet, le marché conclu par l’ABES et Elsevier pour une durée de cinq ans arrive à échéance le 31 décembre 2018 et le projet Istex financé par le Programme d’investissement d’avenir sera clôturé à la même date. Tous deux sont qualifiés de « licence nationale ». Deux autres dispositifs plus récents recourent également à cette appellation : le Plan de soutien à l’édition scientifique et l’infrastructure de recherche Collex-Persée. Ce rapport retracera dans un premier temps les origines de la politique des licences nationales qui sous-tend ces différentes concrétisations, puis analysera ses composants avant de tenter une définition et un premier bilan.

Source : http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid134378/premiere-etude-d-impact-de-la-politique-des-licences-nationales.html

Être chercheur au 21ème siècle dans un environnement numérique

« La révolution numérique a considérablement modifié l’environnement du chercheur. Avec le développement du libre accès et des archives ouvertes, la surabondance d’informations, la diversité des supports et les mutations concomitantes des modèles juridiques et économiques appliqués à la publication scientifique, le chercheur est confronté à un environnement foisonnant en perpétuelle évolution. Il doit adopter une démarche stratégique pour effectuer ses recherches documentaires afin de dresser un inventaire de l’état de l’art le plus exhaustif possible au sein de cette « infobésité » croissante. Il doit également construire son identité numérique pour valoriser ses travaux et protéger ses droits. Enfin il doit référencer et diffuser largement ses données via des réseaux professionnels et institutionnels. Afin de pouvoir gérer cette complexité, le chercheur du 21ème siècle a besoin de travailler en collaboration avec des experts de l’information scientifique et technique. (…) »

Source > documents.irevues.inist.fr, Rosolen, Serge-Georges, Hugot,Jean-Pierre, Veillerot, Frédéric, Pluchet, Amandine, Bulletin de l’Académie vétérinaire de France, 2018, vol.171 (1), http://documents.irevues.inist.fr/handle/2042/68225