Archives de catégorie : Sciences humaines et sociales

Vers une “data-sociologie” ? Tour d’horizon des techniques de collecte automatisée de données sur le web

Billet publié le 3 octobre 2012 sur QUANTI / sciences sociales : http://quanti.hypotheses.org/647/

Par Alexandre Hobeika et Étienne Ollion

Ces vingt dernières années ont vu le développement de techniques et d’outils informatiques qui permettent d’automatiser la collecte et la mise en forme de données, en particulier celles provenant d’internet[1]. Plus puissantes et plus faciles d’accès, ils sont aussi de plus en plus utilisés dans de nombreuses professions. Leur diffusion intéresse donc les chercheurs en sciences sociales, à la fois parce qu’elles permettent de collecter rapidement des informations sur divers aspects du monde social, mais aussi parce qu’elle conteste un peu plus leur monopole dans la production de données quantitatives. On se propose ici de réaliser un rapide tour d’horizon sur cette question qui souligne le potentiel, et évoque certains enjeux, du recours croissant à ces méthodes pour nos disciplines

Lire la suite : http://quanti.hypotheses.org/647/

E-dossiers de l’audiovisuel : sciences humaines et sociales et patrimoine numérique

Dossier réalisé par le site INA-expert en juin 2012 http://www.ina-sup.com/node/2830

L’essor continu du numérique et de l’Internet nous redonne à penser la plupart des concepts et principes autour de la constitution et de la diffusion de patrimoines culturels. Les technologies numériques ont permis d’améliorer les capacités de stockage, les formats de conservation, les normes de description et les pratiques de valorisation. Aujourd’hui, après le lancement de la numérisation de masse du patrimoine culturel, on assiste à la patrimonialisation du numérique, notamment avec l’institutionnalisation de l’archivage du Web. Le numérique étant mieux maîtrisé dans son aspect technique, il est possible de prendre le recul nécessaire pour l’appréhender dans ses aspects intellectuel, culturel et sociétal. De fait, il est désormais au cœur des préoccupations des communautés de chercheurs en sciences humaines et sociales et de conservateurs du patrimoine, actuellement majoritairement tournées vers une même problématique : comment agir face à l’explosion de la production de données numériques ? Quel peut être l’apport des sciences humaines et sociales, l’utilité de leurs approches et de leurs méthodes ? Ainsi que les questions afférentes : quel statut pour l’archive numérique ? Quelle transformation le document subit-il par le numérique ? Peut-on parler de mémoire numérique, de mémoire(s) en réseau ? Quels nouveaux outils les chercheurs ont-ils à leur disposition pour travailler sur des données exponentielles (Medialab de Sciences Po, Ateliers du dépôt légal du Web, Observatoire TransMédia…) ? C’est dans cette perspective que s’inscrivent les différentes contributions de ce dossier coordonné par Valentine Frey et Matteo Treleani (chercheurs doctorants à l’Ina, l’UTC et Paris Diderot). Des chercheurs italiens, néerlandais, francophones de diverses disciplines apportent leur regard sur ces problématiques autour de la gestion des patrimoines culturels à l’heure du numérique et du Web. Lire la suite : http://www.ina-sup.com/node/2830

Vers des médias numériques en sciences humaines et sociales

Billet publié sur le blog Homo Numéricus en mai 2012 : http://www.homo-numericus.net/article308.html

Une contri­bu­tion à l’épanouissement de la place des scien­ces humai­nes et socia­les dans les socié­tés contem­po­rai­nes

Je pro­pose l’idée selon laquelle la presse en ligne se com­porte comme un pré­da­teur du Web en géné­ral, et des scien­ces humai­nes et socia­les (SHS) en par­ti­cu­lier [1]. Si les SHS veu­lent plei­ne­ment jouer leur rôle dans l’inter­pré­ta­tion et la com­pré­hen­sion de notre société, elles ne peu­vent pas se per­met­tre de le faire seu­le­ment dans le confort et l’iso­le­ment des murs de l’uni­ver­sité. Elles ont inté­rêt à se doter de leur propre force de pro­jec­tion des idées, c’est-à-dire de leur propre média, au sens noble du terme de pas­seur entre deux mondes.

Lire la suite : http://www.homo-numericus.net/article308.html