Archives de catégorie : Libre accès_Open access

Comparing Published Scientific Journal Articles to Their Pre-print Versions

Klein Martin, Broadwell Peter, Farb Sharon E. et Grappone Todd, « Comparing Published Scientific Journal Articles to Their Pre-print Versions », arXiv:1604.05363 [cs], 18 avril 2016. http://arxiv.org/abs/1604.05363

Academic publishers claim that they add value to scholarly communications by coordinating reviews and contributing and enhancing text during publication. These contributions come at a considerable cost: U.S. academic libraries paid $1.7 billion for serial subscriptions in 2008 alone. Library budgets, in contrast, are flat and not able to keep pace with serial price inflation. We have investigated the publishers’ value proposition by conducting a comparative study of pre-print papers and their final published counterparts. This comparison had two working assumptions: 1) if the publishers’ argument is valid, the text of a pre-print paper should vary measurably from its corresponding final published version, and 2) by applying standard similarity measures, we should be able to detect and quantify such differences. Our analysis revealed that the text contents of the scientific papers generally changed very little from their pre-print to final published versions. These findings contribute empirical indicators to discussions of the added value of commercial publishers and therefore should influence libraries’ economic decisions regarding access to scholarly publications.

Lire la suite : http://arxiv.org/abs/1604.05363

The Costs of Publishing Monographs: Toward a Transparent Methodology

Nancy L. Maron. The Costs of Publishing Monographs: Toward a Transparent Methodology. Ithaka S+R. February 5, 2016. http://sr.ithaka.org/?p=276785

The University Press business model faces numerous challenges today, with revenues under pressure due to a host of factors, from the decline of bricks-and-mortar stores and shifting library purchase patterns to the still emerging distribution and revenue models made possible by digital books. Over the last few years, certain forces have emerged and intensified—federal mandates for Open Access, declining sales reach, and the desire of university presses to build a greater audience for scholarly works—encouraging university presses to seriously consider what it would take to make their scholarly monographs openly available. While there have been numerous efforts to understand the costs of publishing a scholarly monograph, this study is unique in that we worked with an advisory group of university press publishers to identify all of the cost components in scholarly monographic publishing and to work with a wide variety of university presses to calculate their costs of each of those components in a bottom-up fashion.

Lire la suite : http://sr.ithaka.org/?p=276785

 

Amplifying the Impact of Open Access: Wikipedia and the Diffusion of Science

Teplitskiy, Misha; Lu, Grace; Duede, Eamon. Amplifying the Impact of Open Access: Wikipedia and the Diffusion of Science. arXiv.org. arXiv:1506.07608.

With the rise of Wikipedia as a first-stop source for scientific knowledge, it is important to compare its representation of that knowledge to that of the academic literature. This article approaches such a comparison through academic references made within the worlds 50 largest Wikipedias. Previous studies have raised concerns that Wikipedia editors may simply use the most easily accessible academic sources rather than sources of the highest academic status. We test this claim by identifying the 250 most heavily used journals in each of 26 research fields (4,721 journals, 19.4M articles in total) indexed by the Scopus database, and modeling whether topic, academic status, and accessibility make articles from these journals more or less likely to be referenced on Wikipedia. We find that, controlling for field and impact factor, the odds that an open access journal is referenced on the English Wikipedia are 47% higher compared to closed access journals. Moreover, in most of the worlds Wikipedias a journals high status (impact factor) and accessibility (open access policy) both greatly increase the probability of referencing. Among the implications of this study is that the chief effect of open access policies may be to significantly amplify the diffusion of science, through an intermediary like Wikipedia, to a broad public audience.

Lire la suite : arXiv:1506.07608

 

Les données de la recherche en SHS. Une enquête à l’Université de Lille 3.

Hélène Prost, Joachim Schöpfel. Les données de la recherche en SHS. Une enquête à l’Université de Lille 3.  [Research Report] Université de Lille 3. 2015. <hal-01198379>

Les données de la recherche deviennent l’un des nouveaux défis de la gestion scientifique. Produites dans le cadre des projets de recherche, ces données posent des questions inédites aux laboratoires, bibliothèques et services informatiques des universités : comment conserver ces données, comment les signaler et mettre à disposition d’autres chercheurs, comment faire le lien avec les publications, comment les intégrer dans une politique du libre accès à l’information scientifique ? Avant de se lancer dans un projet de données de la recherche, un établissement doit faire un état des lieux sur le terrain pour mieux connaître les producteurs de ces données, leurs pratiques et besoins dans la gestion des données et leurs outils, mais aussi la nature concrète de ces données. L’Université de Lille 3 a réalisé une étude sur les pratiques, besoins et attentes en matière de gestion des données de la recherche auprès de son personnel scientifique. L’étude est pilotée par le laboratoire GERiiCO et le SCD de Lille 3. Elle fait partie d’une démarche concertée en faveur de la gestion et du partage des données de la recherche mise en œuvre à partir de 2013, avec plusieurs analyses, séminaires et publications. L’enquête a été préparée avec l’Université Humboldt de Berlin. Le questionnaire contient 22 questions et a été mis en ligne en avril et mai 2015. Il a reçu 270 réponses (taux de réponse 15%). Toutes les disciplines sont représentées, ainsi que toutes les catégories des personnels scientifiques. Les personnes interrogées décrivent un large éventail de données sources. Les corpus (documents textuels) sont de loin la source la plus importante (64%), suivi par les enquêtes et entretiens (47%), observations (41%), expériences (36%) et archives (34%). Quant à la typologie des données produites par les chercheurs comme résultat de leur travail, les données textuelles occupent de loin le premier rang (75%), suivies des tableaux (49%), bases de données (37%), visualisations ou modèles multidimensionnels (32%) et données AV (photo, son, vidéo), avec 20-25%. Le stockage en local est de loin le mode de sauvegarde privilégié, choisi par 207 participants, que ce soit sur leur ordinateur privé pour 83% des répondants, ou sur leur ordinateur professionnel pour 49% d’entre eux. 40 répondants (19%) stockent « dans le cloud », alors que 8% ont des données sur le serveur d’une autre institution. En réseau, 12% des répondants se tournent vers le serveur de l’université. La majorité ne partage pas ses données avec d’autres. Et ceux qui le font, partagent d’abord et surtout avec les collègues du groupe de travail (équipe scientifique) (34%). Très peu (<5%) ouvrent leurs données davantage et partagent avec l’institution, d’autres chercheurs ou « tout le monde », dans une démarche open data au sens strict du terme. 36% ont déjà pratiqué, d’une manière ou d’une autre, le partage des données – que ce soit avec les collègues d’une équipe scientifique ou d’un projet, via une archive ouverte ou lors de la publication d’un article, ou en téléchargeant les résultats d’autres chercheurs. Apparemment, 20-25% ont davantage d’expérience que les autres (« précurseurs »). 18% autres répondants se disent prêts et ont l’intention d’adopter ces pratiques à l’avenir (« motivés »). 5-10% indiquent qu’ils n’ont pas l’intention de partager leurs données à l’avenir (« réticents »). 30% manquent d’information et de connaissance concernant le partage des données de la recherche (« ignorants »). En tête de la liste des besoins figure l’espace d’archivage sécurisé et fiable pour ses propres données, suivi des conseils pour la gestion, des conseils techniques (normes, métadonnées etc.) et des conseils juridiques (autour de 50%). Moins nombreux sont les chercheurs qui souhaitent des conseils ou de l’assistance pour la publication ou diffusion des données (autour de 40%), encore moins ceux qui demandent de l’aide pour préparer un plan de gestion (29%) ou un conseil dans le domaine de l’éthique (24%). Les résultats ont été analysés par rapport aux disciplines et statuts des personnes interrogées. Ils ont été également comparés avec les résultats de trois autres enquêtes (Berlin, Strasbourg, LIBER Europe). A l’issue de l’enquête, nous allons mener des interviews avec un échantillon restreint d’enseignants-chercheurs et doctorants volontaires, afin de mieux connaître certains pratiques et besoins et aussi, pour valider les résultats de l’enquête. En même temps, nous allons contribuer à développer une offre de service sur le campus de l’Université de Lille 3 pour accompagner et faciliter la gestion des données de la recherche des équipes scientifiques. Cette offre pourrait s’articuler autour de trois axes : la formation des étudiants et chercheurs à la gestion des données, une proposition de conseil et assistance, et une contribution à la création d’une nouvelle infrastructure pour la curation, le stockage, l’archivage et la diffusion des données.

Lire la suite : <hal-01198379>

Les revues de sciences humaines et sociales en France: libre accès et audience

Bacache-Beauvallet, Maya, Benhamou, Françoise, Bourreau, Marc. Les revues de sciences humaines et sociales en France: libre accès et audience : Rapport IPP n°11 – Juillet 2015. http://www.ipp.eu/publication/juillet-2015-revues-sciences-humaines-et-sociales-shs-en-france-libre-acces-et-audience/

Cette étude a pour objet de questionner le bien-fondé de la mise en oeuvre d’un principe de libre accès sur les recherches en sciences humaines et sociales (SHS) en France, à partir d’une étude de ses effets sur la consultation des articles. Il s’agit de savoir si une politique de libre accès améliore la visibilité des recherches ; pour
ce faire, nous étudions l’impact du délai de mise en libre accès sur l’audience des revues. L’étude apporte des éclairages indispensables à la prise de décision au sujet de la diffusion des résultats de la recherche et sur l’effet observé des restrictions d’accès sur l’accès des publics (chercheurs et grand public) à ces résultats.

Lire la suite : http://www.ipp.eu/publication/juillet-2015-revues-sciences-humaines-et-sociales-shs-en-france-libre-acces-et-audience/

Ce rapport est accompagné d’une note : Quel délai pour le libre accès des revues de sciences humaines et sociales en France ? http://www.ipp.eu/publication/n19-delai-libre-acces-revues-sciences-humaines-et-sociales-shs-france/

Mieux partager l’information scientifique pour mieux partager les connaissances : Résultats de l’Enquête sur les usages et les besoins d’IST des Unités de recherche Réalisée auprès des Directrices et Directeurs d’Unités du CNRS

Direction de l’information scientifique et technique (CNRS). Mieux partager l’information scientifique pour mieux partager les connaissances : Résultats de l’Enquête sur les usages et les besoins d’IST des Unités de recherche Réalisée auprès des Directrices et Directeurs d’Unités du CNRS. Mars 2015, 73 p. http://www.cnrs.fr/dist/z-outils/documents/Enqu%C3%AAte%20DU%20-%20DIST%20mars%202015.pdf

A l’heure où la France fait le choix de préparer une loi numérique, le CNRS rassemble dans ce cadre un ensemble de contributions sur les pratiques et le positionnement numérique de la recherche. Ces démarches s’appuient sur la “mission nationale”1 du CNRS en matière d’information scientifique et technique (IST), et sur son rôle moteur dans la publication scientifique.

Lire la suite : http://www.cnrs.fr/dist/z-outils/documents/Enqu%C3%AAte%20DU%20-%20DIST%20mars%202015.pdf

Dynamiques de l’Edition scientifique, de l’Industrie de l’Information, de la Documentation

Direction de l’information scientifique et technique. Dynamiques de l’Edition scientifique, de l’Industrie de l’Information, de la Documentation : un Agenda 2015 pour la science publique ouverte, Meudon – 4 et 5 Novembre 2014. http://www.cnrs.fr/dist/z-outils/documents/actescolloquesdessids.pdf

Ce Colloque est né à la demande des participants de la rencontre : « Innovation et gouvernance de l’IST » (CNRS, Meudon, les 18 et 19 mars 2014). Cette précédente rencontre avait conduit une centaine de représentants de tout l’ESR au constat d’une « hybridation » des usages accompagnant la publication scientifique numérique, hybridation qui atteint aussi bien les résultats publiés (données, articles-ouvrages, analyses) que les supports de publications et les démarches de partage des résultats (revues aux formes traditionnelles et nouvelles, plateformes opérant sous divers statuts…), dans un contexte où la pluralité des opérateurs va croissant (éditeurs nationaux, internationaux, académiques, industriels de l’information, éditeurs et opérateurs de l’Open Access…).
Le besoin d’une orchestration collective des changements en cours avait alors été exprimée : en réponse, ce colloque propose la mise en commun d’un « Agenda 2015 » pour la science en phase avec le riche Agenda National sur le numérique et les plateformes.

Lire la suite : http://www.cnrs.fr/dist/z-outils/documents/actescolloquesdessids.pdf

Panorama des ressources disponibles en Open Access – 2014

Billet publié sur Blogus operandi le 21 octobre 2014 : http://blogusoperandi.blogspot.be/2014/10/panorama-des-ressources-disponible-en.html?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed:+BlogusOperandi+%28Blogus+operandi%29&utm_content=Netvibes

“Pour l’Open Access Week 2014, le thème est “Open Access for an open generation”, une bonne opportunité pour présenter les avantages de l’Open Access à une nouvelle génération de chercheurs désireux de partager le plus efficacement possible les résultats de leurs recherche.”

Lire la suite : http://blogusoperandi.blogspot.be/2014/10/panorama-des-ressources-disponible-en.html?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed:+BlogusOperandi+%28Blogus+operandi%29&utm_content=Netvibes

Open Access Infrastructure

Open Access Infrastructure. Information Standards Quarterly (ISQ) Summer 2014, volume 26, no. 2. http://www.niso.org/publications/isq/2014/v26no2/

Numéro spécial édité par le NISO (National Information Standards Organization)  sur les normes et standards relatifs à la mise en place de projet liés au libre-accès.

Lire la suite :  http://www.niso.org/publications/isq/2014/v26no2/

Putting open science into practice : A social dilemma?

Scheliga Kaja, Friesike Sascha, « Putting open science into practice: A social dilemma? », First Monday, 24 août 2014, vol. 19, no 9. http://dx.doi.org/10.5210/fm.v19i9.5381

Digital technologies carry the promise of transforming science and opening up the research process. We interviewed researchers from a variety of backgrounds about their attitudes towards and experiences with openness in their research practices. We observe a considerable discrepancy between the concept of open science and scholarly reality. While many researchers support open science in theory, the individual researcher is confronted with various difficulties when putting open science into practice. We analyse the major obstacles to open science and group them into two main categories: individual obstacles and systemic obstacles. We argue that the phenomenon of open science can be seen through the prism of a social dilemma: what is in the collective best interest of the scientific community is not necessarily in the best interest of the individual scientist. We discuss the possibilities of transferring theoretical solutions to social dilemma problems to the realm of open science.

Lire la suite : http://dx.doi.org/10.5210/fm.v19i9.5381

E-Dissertations : Access and Restrictions (EDAR) Survey 2014 Report

Schöpfel Joachim, Prost Hélène, Piotrowski Marjorie, Hilf Eberhard, Severiens Thomas et Grabbe Paul, « E-Dissertations: Access and Restrictions (EDAR) Survey 2014 Report », 25 juillet 2014. http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_01045115

Malgré une politique en faveur du libre accès, un nombre significatif de thèses et
mémoires électroniques (ETD) ne circule pas librement. Même s’ils ne sont pas
confidentielles, leur accès est limité au campus, ou bien, ils sont sous embargo
pendant plusieurs mois ou années. Différentes raisons expliquent ce phénomène : le
choix individuel de l’auteur, des projets de publication, les aspects juridiques ou autre.

Afin de préparer la proposition de ce projet l’équipe d’EDAR a mené une enquête
auprès d’un petit échantillon de bibliothèques universitaires et d’écoles doctorales,
conjointement en France et en Allemagne, afin d’obtenir des données de base pour la
période 2009-2012, sur l’archivage et l’accès aux thèses électroniques. Cette enquête
sera menée à plus grande échelle dans le cadre du projet H2020, mais elle permet déjà
de sensibiliser l’ensemble des acteurs concernés en France et en Allemagne.

Lire la suite : http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_01045115

The dark side of Open Access in Google and Google Scholar: the case of Latin-American repositories

Orduña-Malea Enrique et Lopez-Cozar Emilio Delgado, 2014, « The dark side of Open Access in Google and Google Scholar: the case of Latin-American repositories », 17 juin 2014, publié sur le site ArXiv.org. http://arxiv-web3.library.cornell.edu/abs/1406.4331

Since repositories are a key tool in making scholarly knowledge open access, determining their presence and impact on the Web is essential, particularly in Google (search engine par excellence) and Google Scholar (a tool increasingly used by researchers to search for academic information). The few studies conducted so far have been limited to very specific geographic areas (USA), which makes it necessary to find out what is happening in other regions that are not part of mainstream academia, and where repositories play a decisive role in the visibility of scholarly production. The main objective of this study is to ascertain the presence and visibility of Latin American repositories in Google and Google Scholar through the application of page count and visibility indicators. For a sample of 137 repositories, the results indicate that the indexing ratio is low in Google, and virtually nonexistent in Google Scholar; they also indicate a complete lack of correspondence between the repository records and the data produced by these two search tools. These results are mainly attributable to limitations arising from the use of description schemas that are incompatible with Google Scholar (repository design) and the reliability of web indicators (search engines). We conclude that neither Google nor Google Scholar accurately represent the actual size of open access content published by Latin American repositories; this may indicate a non-indexed, hidden side to open access, which could be limiting the dissemination and consumption of open access scholarly literature.

Lire la suite : http://arxiv-web3.library.cornell.edu/abs/1406.4331

Top trends in academic libraries

Top trends in academic libraries : A review of the trends and issues affecting academic libraries in higher education / ACRL Research Planning and Review Committee, College & Research Libraries News, vol. 75, no. 6, June 2014, p. 294-302. http://crln.acrl.org/content/75/6/294.full

Every other year, the ACRL Research Planning and Review Committee produces a document on top trends in academic libraries. This year, after numerous discussions and literature reviews, the committee decided upon a unifying theme for current trends: deeper collaboration. The committee found examples of either recent library collaborations or current collaborations within higher education that we believe could benefit from library participation. We focus on the following large categories within higher education: data, device neutral digital services, evolving openness in higher education, student success initiatives, competency-based learning, altmetrics, and digital humanities.

Lire la suite : http://crln.acrl.org/content/75/6/294.full

Evaluer la qualité des archives ouvertes : le certificat DINI

Article de Joachim Schöpfel, Uwe Müller publié dans Partnership: the Canadian Journal of Library and Information Practice and Research (ISSN: 1911-9593), Vol 9, No 1 (2014). https://journal.lib.uoguelph.ca/index.php/perj/article/view/2733

L’article présente le certificat DINI, un référentiel pour la certification et l’audit des archives ouvertes, des archives institutionnelles et des plateformes de revues en libre accès, développé par l’Initiative Allemande pour l’Information en Réseau DINI. L’article décrit le contexte, l’objectif et l’historique de ce certificat avant d’exposer sa structure et son contenu. Parmi les huit sections du certificat figurent la visibilité du site, la sécurité de l’information et l’archivage pérenne. La discussion porte sur l’objet du référentiel, sur son influence et sur la nécessité d’une adaptation au contexte francophone. La traduction française du certificat a été publiée en 2012.

The article presents the DINI certificate, standard recommendations for the certification of document and publishing services, i.e. open archives, institutional repositories and platforms for open access journals, developed by the German Initiative for Networked Information DINI. The article describes the context, purpose and history of this certificate before exposing its structure and content. The eight areas include criteria for the visibility of the site, information security and long-term preservation. The article discusses the object of certification, its impact and the need to adapt some recommendations to the French-speaking context. The French translation of the certificate has been published in 2012.

Research libraries’ new role in research data management, current trends and visions in Denmark

Article publié dans la revue LIBER Quarterly : the journal of the association of research libraries, Vol 23, No 4 (2014) par Filip Kruse, Jesper Boserup Thestrup. https://liber.library.uu.nl/index.php/lq/article/view/9173

The amount of research data is growing constantly, due to new technology with new potentials for collecting and analysing both digital data and research objects. This growth creates a demand for a coherent IT-infrastructure. Such an infrastructure must be able to provide facilities for storage, preservation and a more open access to data in order to fulfil the demands from the researchers themselves, the research councils and research foundations.

This paper presents the findings of a research project carried out under the auspices of DEFF (Danmarks Elektroniske Fag- og Forskningsbibliotek – Denmark’s Electronic research Library)[i] to analyse how the Danish universities store, preserve and provide access to research data. It shows that they do not have a common IT-infrastructure for research data management. This paper describes the various paths chosen by individual universities and research institutions, and the background for their strategies of research data management. Among the main reasons for the uneven practices are the lack of a national policy in this field, the different scientific traditions and cultures and the differences in the use and organization of IT-services.

This development contains several perspectives that are of particular relevance to research libraries. As they already curate digital collections and are active in establishing web archives, the research libraries become involved in research and dissemination of knowledge in new ways. This paper gives examples of how The State and University Library’s services facilitate research data management with special regard to digitization of research objects, storage, preservation and sharing of research data.

This paper concludes that the experience and skills of research libraries make the libraries important partners in a research data management infrastructure.