Les digital humanities et les bibliothèques : un partenariat naturel

Article de Benjamin Caraco paru dans bbf 2012 – t. 57, n° 2, dossier : La bibliothèque minimale : http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2012-02-0069-002

Pour l’historien du religieux Milad Doueihi, auteur de La grande conversion numérique, les sciences humaines et sociales (SHS) sont les grandes absentes du débat autour de l’impact du numérique sur nos sociétés. Pour lui, l’environnement numérique est actuellement en crise, car il s’est « appuyé jusqu’ici sur certains éléments de la culture imprimée » qui ne sont plus adaptés à ces nouvelles pratiques. Un nouveau « savoir-lire » fait son apparition : le savoir-lire numérique  1. Pour Doueihi, ce nouvel environnement est caractérisé par une « culture du changement rapide et de l’adaptabilité ». Ce changement est principalement contrôlé par les spécialistes de la technologie qui imposent leurs normes et leurs logiques au public.

Doueihi estime cependant qu’une nouvelle catégorie de non-techniciens intéressés et concernés par ces développements a émergé : « les numériciens par accident », dont il donne la définition suivante : « Minorité non reconnue dont les efforts contribuent éminemment à garantir que l’environnement numérique reste opérationnel et accessible  2. » Plus loin, il constate que « notre savoir-lire érudit subit lentement mais sûrement l’influence des pratiques émergentes du savoir-lire numérique  3 ». Les disciplines des SHS sont directement affectées par ce phénomène et réagissent par le biais du mouvement naissant des digital humanities.

Lire la suite : http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2012-02-0069-002


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.