Archives de catégorie : Sciences humaines et sociales

Le défi de l’interopérabilité entre plates-formes pour la construction de savoirs augmentés en sciences humaines et sociales.

« A l’ère numérique, le secteur de la recherche engendre une prolifération de contenus informatisés et garantir un meilleur accès aux résultats de recherche est un objectif qui pourrait paraître aisément réalisable. Pourtant, depuis une décennie, le secteur de la communication scientifique traverse des mutations profondes qui se traduisent par des difficultés pour l’ensemble des acteurs à se positionner dans ce nouveau contexte. L’information se retrouve disséminée au sein de plusieurs plateformes nées sous l’impulsion de différents types d’acteurs qui affichent des positions et intérêts parfois divergents. Dans cet environnement largement distribué, la réalisation de l’interopérabilité devient un enjeu majeur pour un meilleur accès à l’IST, permettant en outre la circulation des données et leur enrichissement. Cette contribution propose d’aborder la question de la circulation et du partage de la littérature scientifique en sciences humaines et sociales en France à partir de données moissonnables par le protocole OAI-PMH. (…) »

Les SIC à l’épreuve du digital et des Humanités : des origines, des concepts, des méthodes et des outils

Franck Cormerais, Olivier Le Deuff, Amar Lakel et David Pucheu, « Les SIC à l’épreuve du digital et des Humanités : des origines, des concepts, des méthodes et des outils », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 8 | 2016, mis en ligne le 23 mars 2016. http://rfsic.revues.org/1820

Résumé

Ce texte examine plusieurs pistes qui expliquent le positionnement des SIC par rapport aux humanités digitales en considérant que leur rôle est à la fois de comprendre (approche théorique) et d’entreprendre (approche pratique), d’observer (approche descriptive), mais aussi de créer (approche pragmatique) avec les instruments de la connaissance. Le temps des humanités digitales implique une position qui ne peut se limiter à l’étude des usages mais nécessite une stratégie renouvelée qui consiste à s’emparer et à produire des recommandations pour la création de nouveaux instruments et dispositifs. Nous présentons une proposition d’orientation voire un programme pour les SIC en trois parties : replacer les SIC dans la perspective pluridisciplinaire de ses origines ; mettre les SIC et ses concepts dans l’orbite d’une nouvelle critique et dans un environnement de données ; dynamiser les SIC par l’engagement d’une R&D outillant les SHS par le tournant numérique.

Lire la suite : http://rfsic.revues.org/1820

Enjeux de la patrimonialisation et de la réutilisation des données qualitatives de la recherche en Sciences humaines et sociales

Fayet Montagne, Camille. Enjeux de la patrimonialisation et de la réutilisation des données qualitatives de la recherche en Sciences humaines et sociales. Villeurbanne : Enssib, 2015. Mémoire de Master 2 recherche . Collection : Mémoires Master « Archives numériques » . http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/notices/66007-les-enjeux-de-la-patrimonialisation-et-de-la-reutilisation-des-donnees-qualitatives-de-la-recherche-en-sciences-humaines-et-sociales

Les archives de la recherche sont par nature passionnantes puisqu’elles permettent de comprendre comment les découvertes se font et comment la science évolue de jour en jour. L’arrivée du numérique a fait surgir de nouvelles possibilités pour la diffusion notamment de ces données, mais aussi de nouveaux challenges, en termes d’archivage entre autres. L’archivage, le partage et la réutilisation des données qualitatives des SHS soulèvent de nombreuses questions et les différents acteurs concernés, les professionnels de l’IST et les chercheurs, peuvent avoir des avis divergents. Comprendre les points de vue de chacun et déterminer dans quelle mesure celles-ci peuvent être compatibles sont les enjeux de ce mémoire.

Lire la suite : http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/notices/66007-les-enjeux-de-la-patrimonialisation-et-de-la-reutilisation-des-donnees-qualitatives-de-la-recherche-en-sciences-humaines-et-sociales

Publier : à quel prix ? Étude sur la structuration des coûts de publication pour les revues françaises en SHS

Odile Contat et Anne-Solweig Gremillet, « Publier : à quel prix ? Étude sur la structuration des coûts de publication pour les revues françaises en SHS », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 7 | 2015, mis en ligne le 13 octobre 2015. http://rfsic.revues.org/1716

Résumé

La publication d’articles dans des revues scientifiques est un enjeu fort pour les institutions de recherche françaises car il s’agit bien d’un vecteur essentiel de la visibilité des travaux des chercheurs et qu’il est fondamental de maximiser l’impact de ces travaux. Cette publication a un coût pour les institutions publiques, que ce soit pour le financement du processus éditorial et de production, ou pour l’achat en bibliothèques et la mise à disposition auprès des chercheurs. Cet article présente les résultats de l’enquête sur les coûts éditoriaux des revues scientifiques menée par le groupe édition de BSN de mars 2014 à janvier 2015 avec pour objectif de collecter une information récente et représentative de la diversité des situations, au sujet des coûts éditoriaux des revues de recherche, afin de faire un état des lieux complet et à jour.

Lire la suite : http://rfsic.revues.org/1716

La préservation à long terme des données de la recherche en Sciences Humaines et Sociales : un retour d’expérience

Larousse, Nicolas. La préservation à long terme des données de la recherche en Sciences Humaines et Sociales : un retour d’expérience. 11 ème journée réseaux de l’enseignement et de la recherche, Montpellier, 8-11 décembre 2015. https://www.jres.org/fr/videotheque?iditem=143&resolution=480

La communication « La préservation à long terme des données de la recherche en Sciences Humaines et Sociales » a été présentée lors des 11èmes Journées réseaux de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (JRES). Elles ont lieu tous les deux ans et s’adressent à l’ensemble de la communauté informatique de l’enseignement et de la recherche : architectes et administrateurs systèmes et réseaux, responsables de projets, directeurs des systèmes d’information, responsables ou correspondants de la sécurité du SI, développeurs et utilisateurs.

Les JRES permettent de montrer et de valoriser l’activité importante de notre communauté, sa contribution à l’intégration des sciences et technologies de l’information et la communication dans nos différentes activités métiers.

Ces journées offrent une occasion majeure de présenter, d’échanger et de discuter des enjeux, des aspects techniques et pratiques des technologies et des services innovants mis en œuvre dans nos établissements ou dans nos laboratoires.

Lire la suite : https://www.jres.org/fr/videotheque?iditem=143&resolution=480

Les données de la recherche en SHS. Une enquête à l’Université de Lille 3.

Hélène Prost, Joachim Schöpfel. Les données de la recherche en SHS. Une enquête à l’Université de Lille 3.  [Research Report] Université de Lille 3. 2015. <hal-01198379>

Les données de la recherche deviennent l’un des nouveaux défis de la gestion scientifique. Produites dans le cadre des projets de recherche, ces données posent des questions inédites aux laboratoires, bibliothèques et services informatiques des universités : comment conserver ces données, comment les signaler et mettre à disposition d’autres chercheurs, comment faire le lien avec les publications, comment les intégrer dans une politique du libre accès à l’information scientifique ? Avant de se lancer dans un projet de données de la recherche, un établissement doit faire un état des lieux sur le terrain pour mieux connaître les producteurs de ces données, leurs pratiques et besoins dans la gestion des données et leurs outils, mais aussi la nature concrète de ces données. L’Université de Lille 3 a réalisé une étude sur les pratiques, besoins et attentes en matière de gestion des données de la recherche auprès de son personnel scientifique. L’étude est pilotée par le laboratoire GERiiCO et le SCD de Lille 3. Elle fait partie d’une démarche concertée en faveur de la gestion et du partage des données de la recherche mise en œuvre à partir de 2013, avec plusieurs analyses, séminaires et publications. L’enquête a été préparée avec l’Université Humboldt de Berlin. Le questionnaire contient 22 questions et a été mis en ligne en avril et mai 2015. Il a reçu 270 réponses (taux de réponse 15%). Toutes les disciplines sont représentées, ainsi que toutes les catégories des personnels scientifiques. Les personnes interrogées décrivent un large éventail de données sources. Les corpus (documents textuels) sont de loin la source la plus importante (64%), suivi par les enquêtes et entretiens (47%), observations (41%), expériences (36%) et archives (34%). Quant à la typologie des données produites par les chercheurs comme résultat de leur travail, les données textuelles occupent de loin le premier rang (75%), suivies des tableaux (49%), bases de données (37%), visualisations ou modèles multidimensionnels (32%) et données AV (photo, son, vidéo), avec 20-25%. Le stockage en local est de loin le mode de sauvegarde privilégié, choisi par 207 participants, que ce soit sur leur ordinateur privé pour 83% des répondants, ou sur leur ordinateur professionnel pour 49% d’entre eux. 40 répondants (19%) stockent « dans le cloud », alors que 8% ont des données sur le serveur d’une autre institution. En réseau, 12% des répondants se tournent vers le serveur de l’université. La majorité ne partage pas ses données avec d’autres. Et ceux qui le font, partagent d’abord et surtout avec les collègues du groupe de travail (équipe scientifique) (34%). Très peu (<5%) ouvrent leurs données davantage et partagent avec l’institution, d’autres chercheurs ou « tout le monde », dans une démarche open data au sens strict du terme. 36% ont déjà pratiqué, d’une manière ou d’une autre, le partage des données – que ce soit avec les collègues d’une équipe scientifique ou d’un projet, via une archive ouverte ou lors de la publication d’un article, ou en téléchargeant les résultats d’autres chercheurs. Apparemment, 20-25% ont davantage d’expérience que les autres (« précurseurs »). 18% autres répondants se disent prêts et ont l’intention d’adopter ces pratiques à l’avenir (« motivés »). 5-10% indiquent qu’ils n’ont pas l’intention de partager leurs données à l’avenir (« réticents »). 30% manquent d’information et de connaissance concernant le partage des données de la recherche (« ignorants »). En tête de la liste des besoins figure l’espace d’archivage sécurisé et fiable pour ses propres données, suivi des conseils pour la gestion, des conseils techniques (normes, métadonnées etc.) et des conseils juridiques (autour de 50%). Moins nombreux sont les chercheurs qui souhaitent des conseils ou de l’assistance pour la publication ou diffusion des données (autour de 40%), encore moins ceux qui demandent de l’aide pour préparer un plan de gestion (29%) ou un conseil dans le domaine de l’éthique (24%). Les résultats ont été analysés par rapport aux disciplines et statuts des personnes interrogées. Ils ont été également comparés avec les résultats de trois autres enquêtes (Berlin, Strasbourg, LIBER Europe). A l’issue de l’enquête, nous allons mener des interviews avec un échantillon restreint d’enseignants-chercheurs et doctorants volontaires, afin de mieux connaître certains pratiques et besoins et aussi, pour valider les résultats de l’enquête. En même temps, nous allons contribuer à développer une offre de service sur le campus de l’Université de Lille 3 pour accompagner et faciliter la gestion des données de la recherche des équipes scientifiques. Cette offre pourrait s’articuler autour de trois axes : la formation des étudiants et chercheurs à la gestion des données, une proposition de conseil et assistance, et une contribution à la création d’une nouvelle infrastructure pour la curation, le stockage, l’archivage et la diffusion des données.

Lire la suite : <hal-01198379>

Les revues de sciences humaines et sociales en France: libre accès et audience

Bacache-Beauvallet, Maya, Benhamou, Françoise, Bourreau, Marc. Les revues de sciences humaines et sociales en France: libre accès et audience : Rapport IPP n°11 – Juillet 2015. http://www.ipp.eu/publication/juillet-2015-revues-sciences-humaines-et-sociales-shs-en-france-libre-acces-et-audience/

Cette étude a pour objet de questionner le bien-fondé de la mise en oeuvre d’un principe de libre accès sur les recherches en sciences humaines et sociales (SHS) en France, à partir d’une étude de ses effets sur la consultation des articles. Il s’agit de savoir si une politique de libre accès améliore la visibilité des recherches ; pour
ce faire, nous étudions l’impact du délai de mise en libre accès sur l’audience des revues. L’étude apporte des éclairages indispensables à la prise de décision au sujet de la diffusion des résultats de la recherche et sur l’effet observé des restrictions d’accès sur l’accès des publics (chercheurs et grand public) à ces résultats.

Lire la suite : http://www.ipp.eu/publication/juillet-2015-revues-sciences-humaines-et-sociales-shs-en-france-libre-acces-et-audience/

Ce rapport est accompagné d’une note : Quel délai pour le libre accès des revues de sciences humaines et sociales en France ? http://www.ipp.eu/publication/n19-delai-libre-acces-revues-sciences-humaines-et-sociales-shs-france/

Challenges in Matching Dataset Citation Strings to Datasets in Social Science

Mathiak, Brigitte, Boland, Katarina. Challenges in Matching Dataset Citation Strings to Datasets in Social Science. D-Lib Magazine, January/February 2015, Volume 21, Number 1/2. DOI: http://www.dlib.org/dlib/january15/mathiak/01mathiak.html

Finding dataset citations in scientific publications to gain information on the usage of research data is an important step to increase visibility of data and to give datasets more weight in the scientific community. Unlike publication impact, which is readily measured by citation counts, dataset citation remains a great unknown. In recent work, we introduced an algorithm to find dataset citations in full text documents automatically, but, in fact, this is just half the road to travel. Once the citation string has been found, it has to be matched to the correct DOI. This is more complicated than it sounds. In social science, survey datasets are typically recorded in a much more fine-granular way than they are cited, differentiating between years, versions, samples, modes of the interview, countries, even questionnaire variants. At the same time, the actual citation strings typically ignore these details. This poses a number of challenges to the matching of citations strings to datasets. In this paper, we discuss these challenges in more detail and present our ideas on how to solve them using an ontology for research datasets.

Lire la suite : http://www.dlib.org/dlib/january15/mathiak/01mathiak.html

Quel rôle pour les bibliothèques dans les humanités numériques ?

Mémoire de fin d’étude du diplôme de conservateur d’Elydia Barret, promotion 22 portant sur les humanités numériques, publié par les Collections numériques de l’Enssib en janvier 2014 : http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/notices/64711-quel-role-pour-les-bibliotheques-dans-les-humanites-numeriques

Les humanités numériques sont nées au tournant du XXIe siècle avec l’arrivée de l’internet qui ouvre un nouveau chapitre dans l’histoire des rapports des technologies numériques et des sciences humaines et sociales. Elles revendiquent une dimension transversale, se veulent un carrefour, un lieu de convergence entre des savoirs et des savoir-faire technologiques mais aussi des disciplines et des professions distincts. Elles mobilisent des méthodes, des outils, mettent en jeu des problématiques qui recoupent en partie les pratiques, compétences et valeurs des bibliothèques. Elles ouvrent ainsi de nouvelles opportunités pour les bibliothèques. Interrogeant le positionnement de ces dernières vis-à-vis de la recherche, elles invitent à réfléchir aux conditions d’un rapprochement et d’une collaboration efficace entre chercheurs et bibliothécaires.

Lire la suite : http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/notices/64711-quel-role-pour-les-bibliotheques-dans-les-humanites-numeriques

What Do Researchers Need ? Feedback On Use of Online Primary Source Materials

DeRidder Jody L. et Matheny Kathryn G., 2014, « What Do Researchers Need? Feedback On Use of Online Primary Source Materials », D-Lib Magazine, juillet 2014, vol. 20, no 7/8. http://www.dlib.org/dlib/july14/deridder/07deridder.html

Cultural heritage institutions are increasingly providing online access to primary source materials for researchers. While the intent is to enable round-the-clock access from any location, few studies have examined the extent to which current web delivery is meeting the needs of users. Careful use of limited resources requires intelligent assessment of researcher needs in comparison to the actual online presentation, including access, retrieval and usage options. In the hopes of impacting future delivery methods and access development, this article describes the results of a qualitative study of 11 humanities faculty researchers at the University of Alabama, who describe and rate the importance of various issues encountered when using 29 participant-selected online databases.

Lire la suite : http://www.dlib.org/dlib/july14/deridder/07deridder.html

Nouveau cadre de référence de l’Association of College and Research Libraries

Simarst Par, Le nouveau cadre de référence de l’Association of College and Research Libraries, http://tribuneci.wordpress.com/2014/06/21/le-nouveau-cadre-de-reference-de-lassociation-of-college-and-research-libraries/, consulté le 7 juillet 2014.

Le 17 juin dernier, l’Association of College and Research Libraries (ACRL, 2014) propose un nouveau cadre de référence pour le développement de compétences informationnelles en pédagogie universitaire. Ce cadre vise à élargir le référentiel normatif de compétences informationnelles adopté en l’an 2000 pour associer au construit « compétences informationnelles » six concepts-seuils qui faciliteraient un dialogue interdisciplinaire entre les bibliothécaires et le reste de la communauté universitaire. En fait, le nouveau cadre pour le développement de compétences informationnelles de l’ACRL s’éloigne de la visée technicienne et pragmatique des normes de compétences informationnelles utilisées antérieurement pour stimuler une réflexion qui se veut davantage adaptée aux nouvelles technologies de l’information et de la communication (TIC). L’utilisation de concepts-seuils dans l’articulation du nouveau cadre de référence s’inscrit dans une volonté des bibliothécaires de soutenir une transformation des comportements documentaires des étudiants et de leurs attitudes envers les TIC en général.

Lire la suite : http://tribuneci.wordpress.com/2014/06/21/le-nouveau-cadre-de-reference-de-lassociation-of-college-and-research-libraries/

A la recherche de la « mémoire » du web : sédiments, traces et temporalités des documents en ligne

A la recherche de la « mémoire » du web : sédiments, traces et temporalités des documents en ligne.
Ertzscheid, O., Gallezot, G., Simonnot, B. Dans Manuel d’analyse du Web, Armand Colin (Ed.) (2013) 53-68. Déposé sur l’archive ouverte @rchiveSic, le 25 mars 2013 : http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00804245

Dans un contexte de sociétés marquées par un procès d’ informationnalisation et de circulation croissante et accélérée des flux d’information édités ou non, autant dans la sphère privative, dans celle du travail que dans l’espace public, le web est devenu une source pour les chercheurs en sciences humaines et sociales. La pluralité des formes du web, sa profondeur et sa dimension dynamique exigent une réflexion sur la notion de  » documents  » notamment lorsqu’il s’agit de constituer des corpus pour les chercheurs. Les auteurs interrogent ces conditions de constitution et de recueil des mémoires observables et de leurs dispositifs d’ engrammation, le passage du document aux traces numériques, dans leurs dimensions épistémologiques, pragmatiques, éthiques et sociétales.

Lire la suite : http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00804245

THATCamp Paris 2012 : Non-actes de la non-conférence des humanités numériques

Cet ouvrage, mis en ligne en septembre 2012,  fait le compte rendu des échanges qui ont eu lieu au cours de la non-conférence des humanités numériques. Edité par les Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme : http://editionsmsh.revues.org/278

 Les 25 et 26 septembre 2012, le Centre pour l’édition électronique ouverte a organisé son deuxième THATCamp à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales à Paris. Inventés par le Center for History and New Media de l’Université George Mason à Washington, les THATCamps (The Humanities and Technology Camp) sont des rencontres informelles entre acteurs des humanités numériques qui leur permettent de partager expériences et bonnes pratiques dans ce domaine de recherche en pleine expansion.

Lire la suite : http://editionsmsh.revues.org/278

Vers une “data-sociologie” ? Tour d’horizon des techniques de collecte automatisée de données sur le web

Billet publié le 3 octobre 2012 sur QUANTI / sciences sociales : http://quanti.hypotheses.org/647/

Par Alexandre Hobeika et Étienne Ollion

Ces vingt dernières années ont vu le développement de techniques et d’outils informatiques qui permettent d’automatiser la collecte et la mise en forme de données, en particulier celles provenant d’internet[1]. Plus puissantes et plus faciles d’accès, ils sont aussi de plus en plus utilisés dans de nombreuses professions. Leur diffusion intéresse donc les chercheurs en sciences sociales, à la fois parce qu’elles permettent de collecter rapidement des informations sur divers aspects du monde social, mais aussi parce qu’elle conteste un peu plus leur monopole dans la production de données quantitatives. On se propose ici de réaliser un rapide tour d’horizon sur cette question qui souligne le potentiel, et évoque certains enjeux, du recours croissant à ces méthodes pour nos disciplines

Lire la suite : http://quanti.hypotheses.org/647/